Le Vincent Périer Quartet propose onze morceaux pour répondre à la phrase interro-négative, « Elle est pas belle, la vie ? ».

 

Le 18 avril 2009, le philosophe François Noudelman a disséqué la phrase « Elle est pas belle la vie? », en expliquant qu’à certains moments, en famille, entre amis, quand tout se passe bien, quand l’atmosphère est joyeuse, quelqu’un se dévoue et lance: «Elle est pas belle la vie?». Il ajoute que la forme de l’interrogation négative attend «oui» comme réponse.

  

Vincent Périer Quartet est-il dans cette demande ?

 

 

Les réponses correctes à la question posée de la sorte étant : Oui, elle est belle la vie, ou, non, elle n’est pas belle la vie, ce qui nécessite une phrase beaucoup plus longue et explicite que les réponses, oui ,ou, non à la question plus facile « Elle est belle la vie ? ».

 

Si la réponse attendue doit être justifiée, une observation détaillée du CD semble nécessaire. 

 

La pochette de l’album est un clin d’œil au tableau « Bacchus » du peintre italien le Caravage. Il présente le saxophoniste en Dionysos, un verre de vin rouge à la main invitant l’auditeur à l’écoute des onze morceaux.

 

Bel accueil, surtout que dans le coin droit de la photo, le musicien est accompagné de son saxophone transformé en corne d’abondance.

 

Les fruits proposés par le quartet sont naturels et nécessaires à tout humain : l’amour et l’amitié.

 

Et pour cela, quoi de plus agréable que la dégustation d’un « Pinot Noir » déjà annoncée sur la pochette de l’album. Le morceau, dans un rythme swing, est dans la tonalité très jazzy de l’album, avec des chorus parfaits du saxophoniste et du pianiste, suivis d’une série de question-réponse de ces deux instruments, et se finit par une reprise du thème et de courtes phrases très mélodiques de la contrebasse.

 

L’amitié et l’amour doivent répondre à une condition énoncée dans le premier morceau de l’album être « Félins Pour L’autre », dans une ambiance et une rythmique festive des îles.

 

L’écoute de ces deux pistes inciterait rapidement à répondre à la question du titre par : Oui, elle est belle la vie.

 

Quatre des neuf créations de Vincent Périer qu’il dédicace nominativement démontre l’importance de l’amitié pour le saxophoniste lyonnais. 

 

Mais l’existence n’est pas que fête, « Dommage » nous le rappelle, avec le thème mélancolique introduit dès les premières mesures par le saxophone accompagné par le travail délicat d’Yvan Oukrid à la batterie.

 

Il est vrai que l’amour apporte son lot de déconvenues, la reprise sur une tonalité latino-jazz de la chanson anglaise traditionnelle « Greenleeves » en dit long sur le mal d’amour, « Alas, my love, ye do me wrong, To cast me off discurteously, And I have loved you so long : Hélas, mon amour, vous me maltraitez, À me rejeter de façon si discourtoise, Moi qui vous aime depuis si longtemps ».

 

Les deux autres reprises « Lover, Come Back To Me » et « I’m Through With Love » : « Amant reviens à moi » et « J'ai fini avec l’amour » pourraient aussi nous faire répondre à la question du titre par : non, elle n’est pas belle la vie.

 

Mais une relecture en détails des notes de Vincent Périer dans la pochette du CD apporte une précision à la question « Elle est pas belle, la vie ? » : «... j’adresse mes sincères remerciements à toutes les personnes qui consacrent leur temps et leur énergie à jouir de la vie, apprendre, partager, créer et résister plutôt qu’à conquérir et conserver des positions de pouvoir ».

L’écriture même de cette chronique répond tout à fait au propos du saxophoniste lyonnais, car partager, créer et apprendre sont les trois verbes utilisés dans l’acte de chroniquer. 

 

Aussi, après mûre réflexion et écoute de « Elle est pas belle, la vie », la réponse évidente est : Oui, elle est belle la vie !

 

Quant à ceux qui consacrent leur temps à conquérir et à conserver des positions de pouvoir, le conseil que leur donne Vincent Périer est d’aller se faire f..... 

(si vous voulez savoir le verbe qui se cache derrière : « f..... », il ne vous reste plus qu’à vous procurer « Elle est pas belle, la vie ? » du Vincent Périer Quartet.)

  

Line up : 

Vincent Périer : saxophone ténor, clarinette, arrangements et compositions - Brice Berrerd : contrebasse - Yvan Oukrid : batterie - Romain Nassini : piano, Fender Rhodes.

Invités :

Célia Kaméni : chant ( 10) - Julien Bertrand : trompette (6).

Autoproduction.

 

Jean-Constantin Colletto.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez acheter l'album sur le site web de Vincent Périer.