Explorations, le nouvel album de Supergombo, est un magnifique lexique de recettes musicales.

Une tenue de botaniste est exigée pour découvrir ce CD. Pourquoi?
Car le gombo est, comme tout le monde le sait, le fruit d’une plante potagère probablement d’origine africaine, apparentée à l’hibiscus, à la mauve et au coton. Des origines multiples, le groupe Supergombo basé à Lyon en possède aussi, ses sept musiciens sont d’univers différents, Burkina-Faso, Afrique de l’ouest, Réunion (où, soit dit en passant, le gombo s’appelle lalo), le tout avec un zeste de jazz. 

 

 

Dans cette production le doigté du Label Z Production est remarquable, la réalisation en est confiée  à Vincent Taurelle, Etienne Meunier et Benoît Bel; leurs talents n’est plus à démontrer, Tony Allen et Daft Punk pourraient en témoigner.

Pour revenir à nos pérégrinations potagères, le gombo est consommé sur la plupart des continents, mais très peu en France. Aussi, pour le consommer et le préparer, faut-il se documenter.

Avant toute chose, il faut frotter le légume pour en retirer le duvet; le gombo se mange cuit, braisé, bouilli, cuit à la vapeur, pané puis frit, sauté ou mariné.

Il s’accommode de différents assaisonnements, comme les rythmes bikutsi dans « Faraphonium » ou les gammes mandingues dans « Nâ Kuima ».

Il est même délicieux froid, arrosé de vinaigrette, ou incorporé à une salade, aussi frais que « Oiseau de nuit » où le mélange basse, percussions et riff de cuivres proposent une mélodie printanière. Sans parler de « Ninja do Brasil » où la guitare saturée et le travail du percussionniste proposent un morceau sucré salé des plus original.

 

Sa grande propriété est qu’il permet d’épaissir les soupes et ragoûts, de les rendre onctueux comme dans « Marquis Warren » où des ambiances cinématographiques de l’Ouest américain jouées par Riad Klai puis reprises  par le pupitre de cuivres, engendrent comme par magie des décors de westerns au milieu d’une rythmique afro-funk.

Les possibilités de cuisiner ce légume sont aussi multiples que l’univers proposé par Supergombo, allant jusqu’à des touches asiatiques dans « Nâ Kuima ».

Selon certaines sources de l’industrie pharmaceutique, le gombo est un des rares légumes à réduire le taux de cholestérol. Maintenant l’écoute d’Explorations a-t-elle les mêmes effets thérapeutiques? La question ne pourra pas avoir une réponse dans l’immédiat. Mais l’avantage de l’album par rapport au légume est que la cuisson trop importante du légume le rend pâteux, alors que l’écoute excessive du CD le rend d’autant plus délicieux. 

 

Etienne Kermarc : basse - Riad Klai : guitares - David Doris : percussions - Aurélien Joly : trompette - Nacim Brahimi : saxophone - Wendlavim Zabsonre : batterie - Romain Nassini : claviers.

 

Z Production/ InOuïe Distribution

 

Jean-Constantin Colletto.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez acheter l'album sur Amazon.