Sonny Troupé écrit une page d'anthologie de la musique gwo ka, avec son nouvel album Reflets denses.

Sonny commence l'apprentissage de la musique vers six ans, par le genre musical de la Guadeloupe le gwo ka.

Le musicien guadeloupéen, poussé par son père le saxophoniste Georges Troupé, qui l'a toujours incité à découvrir tous les styles musicaux, a une grande soif de musique qui lui fait quitter son île. Il apprend d'une façon académique la musique à l'école Agostini, puis au Conservatoire National de Toulouse, ville où il étudie même la psychologie (les textes du morceau "Le temps" : "le temps sur ma maison montre sa tête aux cheveux blancs" nous le prouvent). 

 

Sonny Troupé - 2017 festival Jazz à Ramatuelle.  (Photo) Olivier Farkas.
Sonny Troupé - 2017 festival Jazz à Ramatuelle. (Photo) Olivier Farkas.

 

Sa carrière de musicien professionnel le fait jouer dans différentes formations : orchestre symphonique, groupe de standards de jazz, mais aussi différents styles : fusion, métal, soul, funk, reggae, avec des artistes de renoms comme Kenny Garrett, Reggie WashingtonLisa Simone, David Murray, Jacques Schwarz-Bart...

 

Riche de son parcours, Sonny Troupé propose, avec Reflets denses, une exploration et une exploitation de la musique gwo ka; il avait déjà commencé cette entreprise avec son album Voyages et Rêves sorti en avril 2013, comme le premier morceau "Immediat Boarding" le prouve. 

Dans Reflets denses, c'est avec deux formations différentes que l'aventure est proposée. La première est plus dans la tradition gwo ka avec son binôme de Luminescence (album produit en 2015), Gregory Privat au piano, Mike Armoogum à la basse et Raphaël Philibert au saxophone. Ces trois musiciens ont leurs reflets respectifs dans l'autre formation plus jazzy, Jonathan Jurdon au piano, Michel Alibo à la basse et Thomas Koenig au saxophone.

Dès le premier morceau " Immediat Boarding", l'invitation au voyage est annoncée par le chant du coq.

Chaque piste nous invite à une halte et à une ambiance différente: dans "Tanbou o lwen", on se sent pendant quelques secondes dans une classe de tambours ka.

Parmi tous les invités de cet album, le comédien diseur de texte Toma Roche a mis en mots les idées de Sonny dans " Le temps", accompagné par la très belle ligne de basse de Mike Armoogum soulignée par les riffs des deux saxophonistes, Raphaël Philibert et Thomas Koenig.

La tradition  est importante pour Sonny, il le souligne par sa reprise très rythmée du célèbre, "Twa jou san manjé" de David Murray & The Gwo-Ka Masters.

C'est avec délicatesse et témérité que le CD arrive à proposer des développements différents du genre musical guadeloupéen : très jazz dans "Evocation" où le solo de flûte de Thomas Koenig répond à celui de Gregory Privat au piano et beaucoup plus traditionnel dans "Yo" alliant percussions et chants.  

L'écoute de l'album en explique le titre, même si on parle plus souvent d'échos que de reflets en acoustique. Le batteur percussionniste confie "le reflet dense si dense qu'il en devient une autre réalité mais avec des différences".

La définition du mot reflet en physique est l'image virtuelle formée par la réflexion d'un objet sur une surface. Descartes rajoute que "L'image virtuelle est inversée et se trouve de manière symétrique à l'objet par rapport au plan de réflexion" (lois de Descartes).

Mais dans Reflets denses, le résultat n'est pas une image inversée du gwo ka, ni une juxtaposition des différents styles proposés, mais une création originale, qui ne lasse pas les écoutes successives indispensables pour en déguster les différentes saveurs. Et ainsi progressivement, comme le suggère Toma Roche, "entendre le son du temps". 

 

Sonny Troupé Quartet

Grégory Privat : piano sur 1 4 9 10 11, voix sur 1 3 6, percussion sur 11 - Mike Armoogum : basse sur 1 4 7 10 11, voix et percussion sur 11 - Olivier Juste : tambour boula sur 8 9 10, makè sur 2 56 10 11, voix sur 1 3 6, percussion - 

Sonny Troupé : batterie, sample, voix sur 1 3 4 6, tambour makè sur 6, percussion 11, arrangement 10.

Add 2 :

Thomas Koenig : saxophone ténor, flûte - Raphaël Philibert : saxophone alto.

 

Reflets Denses - Jonathan Jurion : piano 2 3 7 8, arrangements 2 3 9 - Michel Alibo : basse sur 2 3 8 9 - Arnaud Dolmen : tambour boula sur 1 2 5 11, makè sur 3 4 6 9, voix sur 3 6, percussion sur 11,arrangements sur 4.

 

Artistes invités

Christian Laviso : guitare sur 10 - Djokaèl Méri : tambour makè sur intro 2 - Lucile Kancel : choeurs sur 1, 3, voix sur 1 - Patrice Hulman : choeurs sur 1, 3 - Toma Roche : voix sur 4.

 

Jean-Constantin COLLETTO. (Photos) Olivier Farkas.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez acheter l'album sur Amazon.