Le guitariste Nicolas Parent continue et affine son style plein de poésie et d'invitation aux voyages avec son nouvel album Tori.

 

Déjà en 2013 le guitariste avait surpris avec son premier album Moments, sorti sous le même label et avec le même distributeur.

 

Sur ce nouvel album, il enchante avec le même percussionniste Guillaume Arbonville et un nouveau contrebassiste Kentaro Suzuki.

 

 

 

 

 

La pochette et le titre Tori, oiseau en japonais, installe le décor exotique où l'acoustique et l'électronique se mêlent à ravir. Le fil conducteur est subtilité. 

 

Quand Guillaume Arbonville est aux percussions, il joue de multiple instruments (zarb, bongos, congas, tablas, cymbales, objets divers…) et tous sont utilisés avec 

adéquation et justesse. 

Quant à Kentaro Suzuki, à la contrebasse il accompagne et mêle son jeu à celui de la guitare, souvent les deux instruments n’en font qu’un. 

Nicolas Parent est toujours aussi original dans sa sonorité et son imaginaire de compositeur.

 

Le morceau « Train to Isalo »  dévoile un dialogue calme et serein entre les percussions et le jeu du violoncelle soyeux de Karsten Hochapfel .

« Tori (Bird) » permet de savourer le son des cordes nylon de la  guitare, cette sonorité  rappelle le son de l’instrument traditionnel africain le nbira. Plus dynamique la percussion vient donner une rythmique sans en faire oublier le thème.

Décor différent avec « Rialto » où les trois compères emmènent dans les îles. 

Le morceau « Valse pour Victoria » livre une musique d'autrefois, un voyage nostalgique. 

Et enfin « Copenhagen » après une introduction calme, la guitare électrique, presque rock soutenue par la percussion de tambour chante une incantation à la terre. 

 

Pour définir le style de ce compositeur, il faut s'en remettre au journal des guitaristes : guitare Xtreme magazine, qui qualifie Nicolas Parent de musicien de Jazz world progressif.

 

Ce magnifique album transporte l'auditeur dans un imaginaire de nature : les vagues, la forêt, les îles.

 

Pour ceux qui n’auront pas eu le plaisir de voir ce trio sur scène avant le 30 septembre 2016, il faudra attendre le début 2017, car le dernier trimestre de cette année l’oiseau  japonais TORI repart sur sa terre d’origine, le Japon.

 

Line up:

Guillaume Arbonville : percussions - Nicolas Parent : guitares & composition

- Kentaro Suzuki : double basse - Karsten Hochapfel : violoncelle sur « Train to Isalo »  

L’intemporel / L’Autre Distribution 

 

Jean-Constantin Colletto.

 

 

Pour aller plus loin, vous pouvez acheter l'album sur Amazon.