We Are de Jon Batiste, revendication identitaire, existentielle ?

 

Il serait facile et rapide de catégoriser le CD du directeur musical de l’émission télévisée The Late Show with Stephen Colbert de revendication identitaire.
Son habit de cérémonie sur la pochette, l'accompagnement par la fanfare du St. Augustine High School Marching 100 (école catholique de garçons de la Nouvelle Orléans) sur le premier morceau de l'album pourraient le laisser croire. 

 

Pour certains aucun doute, la définition identitaire est indéniable: les revendications identitaires sont des revendications qui sont rattachées à l’identité d’un groupe de personnes qui partagent une ou des caractéristiques communes: la langue, la culture, la religion, etc...  

 

 

Mais l‘écoute de l’album permet de revenir sur cette catégorisation. Dès le premier morceau, le musicien louisianais présente et joue avec sa famille "Il y a aussi trois ou quatre générations de ma propre famille qui sont représentées. Mon grand-père et mes neveux figurent tous sur le titre".

Le doute est levé dans "Freedom", le directeur artistique du groupe Stay Human, chante sur le clip vidéo du morceau: "When I move my body just like this. I don't know why but I feel like freedom"  (Quand je bouge mon corps comme ça. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai envie de liberté). 

 

 

Revendiquer la liberté de chacun, sans oublier ses propres racines, rappelle les propos du philosophe Paul Ricœur dans son livre "Philosophie de la Volonté. Le Volontaire et l'Involontaire", sorti en 1949 cite "La dimension proprement existentielle de la liberté".

 

Le directeur créatif du National Jazz Museum in Harlem confie ce qu’il a voulu véhiculé dans son album :

"Même si on aborde beaucoup de sujets sérieux, le message général de l’album, c’est l’amour, la joie, la vie en communauté", résume Jon Batiste. "Il y a ça, et puis le pouvoir de la révolution sociale, c’est-à-dire ce qu’on doit faire dans le monde de la culture pour que chacun ait la possibilité d’être pleinement soi-même."

 

Pour ceux qui ne seraient pas convaincu de la sincérité de la démarche musicale, la vision du film Soul de Pete Docter et Kemp Powers, dont Jon Batiste a composé et arrangé les musiques jazz du film, dissipe tous malentendus :

 

 

We Are propose "Show Me The Way" (montre moi le chemin) pour que chacun

trouve un sens à sa vie.

 

 

 

Musiciens :

Jon Batiste: chant, compositeur, basse Fender, claviers, mellotron, moog bass, piano, producteur, cordes, thérémine - Craig Adams :chef d'orchestre, orgue - David Gauthier : chant - Braedon Gautier : chant - Brennan Gautier : chant - Gospel Soul Children : chant - David Pimentel : batterie, producteur, enregistrement - Autumn Rowe : compositeur, chant - Nate Smith : batterie - St. Augustine High School Marching 100: fanfare - Cory Wong : guitare - Sam Yahel : orgue - Mavis Staples : création vocale - Zadie Smith : chant - PJ Morton : chant – Trombone Shorty : trombone - Robert Randolph : guitare  (7) - Steve Jordan : batterie (7) - Steve McEwan : guitare acoustique, compositeur (7) - Endea Owens : contrebasse (8) - Louis Caton : guitare (9) - Joe Saylor : tambourin (9) - Emily King : chant (10) - Zach Cooper : compositeur - Vic Dimotsis : compositeur - Eric Frédéric :compositeur - Sunny Levine: compositeur - Hot 8 Brass Band - fanfare - Jahaan Sweet – compositeur.

 

Label Verve Records sorti le 19 mars 2021 / USA / enregistrement en 6 jours en septembre 2019 au Ed Sullivan Theater à Broadway USA, sauf «Tell The Truth enregistré aux studios d’enregistrement Sound City (Los Angeles, USA).

 

Jean-Constantin Colletto.

 

Pour aller plus loin vous pouvez acheter l'album sur Amazon.