Pour leur neuvième album, le groupe Hadouk nous pose une énigme : Mais quel est Le cinquième fruit ?La rigueur d’un détective privé est indispensable.

La collecte maximum d’indices s’impose : 

-Côté graphique : La belle pochette très végétale créé  par Yann Bagot, peut fournir des informations, son créateur indique que sa réalisation place le spectateur face à la grandeur de la Dame Nature : "J'ai la sensation d'être un trait d'union entre la nature et mon support". 

Sommes-nous plus avancés ?

L’écoute de l’album pendant les recherches, nous délivre «  Matin d’un faune », un morceau à l’ambiance mystique, sur un rythme à cinq temps composé sur une gamme pentatonique, le cinq apparaît clairement, mais il ne faut pas en rester là et se décourager,  l’historique de ce projet pourrait être plus riche d’indices ?

 

-Le groupe créé en 1966 par Didier Malherbe et Loy Ehrlich, donc par "deux", est rapidement devenu Hadouk trio avec la venue du percussionniste  Steve Shehan et ainsi obtenu  une consécration aux victoires de la musique jazz en 2007.

Mais là, aujourd’hui, c'est  à quatre musiciens qu’ils créent leur cinquième fruit, donc à 4 après 20 ans d'existence leur neuvième album s'appelle le cinquième fruit, me suivez vous mon cher Watson ?

De moins en moins, cela a l'air d'être une combinaison de chiffres, une véritable énigme, un code, la consultation chez un numérologue devient inévitable.

Pour la faire plus courte, c'est vers la numérologie la plus commune, c'est-à-dire la numérologie traditionnelle occidentale latine : à neuf chiffres ou arithmancie, beaucoup plus accessible que la numérologie à 22 nombres qui découle de l'attribution numérale des séphiroth. Au secours !!

Passons aux résultats :

Le Cinq est le chiffre de la mobilité, de la capacité à changer, du  mouvement, des voyages et de la sociabilité. Cela correspond bien à Hadouk, qui utilise et adapte les répertoires des instruments vieux de plusieurs milliers d'années et de différentes cultures: asiatiques avec le houlousi, arménienne avec le doudouk, sans parler des instruments utilisés par  Loy Ehrlich. Pour le coté voyage, « Tidiz » composé dans la ville marocaine qui porte son nom est un hommage aux peules berbères confie Loy. La guitare électrique saturée d’Eric Löhrer dans « So Gong » nous apporte la preuve du mélange du traditionnel et du contemporain, ainsi que de l’acoustique et de l’électrique.

Le mot  fruit en numérologie correspond au 2, ce dernier  indique l'association, la coopération, exactement la dynamique de création de l’album raconte le joueur d’hajouj : « le concept du cinquième fruit est l'imprévu, être toujours dans les conditions du live en scène, pour retrouver l'essentiel ».

Pour finir la consultation de numérologie, la touche finale, CINQ FRUIT sont  5 + 2 = 7, ce dernier chiffre est celui de la vie intérieure, de la recherche avec une créativité empreinte de spiritualité.

En effet, on retrouve cette dimension avec « Les fées d’Iris » véritable ballade aux pays des elfes où la voix humaine et le houdouk de Didier se répondent  avec douceur. D’autres traditions sont évoquées, «  Lila et Lampion » clin d’œil aux traditions de transe gnawa où la partie de basse est  assurée par le gumbass, cousin moderne du traditionnel guimbri des musiciens marocains.

Il ne faudrait  pas certifier que la numérologie permet de chroniquer la musique, mais bien reconnaître que pour cette fois, cette pratique a été bien utile et adéquate à mettre en évidence que le cinquième fruit est intemporel et qu’il est le résultat d’un processus quotidien d’ouverture, ce que l’écoute de cet album nous délivre. 

Didier Malherbe : doudouk, flûte alto, saxophone soprano, houlousi – 

Loy Ehrlich : hajouj, gumbass, ribab, tanbur - Eric Löhrer : guitare

électrique, lapsteel - Jean-Luc Di Fraya : batterie, percussions, voix.
Naïve / believe

 

Jean-Constantin COLLETTO.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez acheter l'album sur Amazon.