Mise à l’honneur par Serket and the Cicadas d’une des plus anciennes pratiques humaines "L’incantation".

 

Depuis plusieurs mois, le monde traverse une crise sans précédent de mémoire d’homme, le responsable de cette pandémie un virus coronaire de 0,1 micron soit 0,0001 millimètre.

Un adversaire qui ne brille donc pas par sa grande taille, mais qui paralyse depuis plus d’un an l’humanité.

 La mise au point par l’industrie pharmaceutique de vaccins au prix de recherches et de tests inédits, semble être la solution pour sortir enfin de cette pandémie.

 

Ravie de voir la fin du tunnel, la production artistique se voit stimulée à nouveau, comme l’écriture de cette chronique sur le premier album du Cathy Escoffier 4Tet.

 

 

Le premier contact avec cette production est son graphisme original, élaboré par le talentueux Laurent Pascal, créateur du personnage de Serket. 

 

Cathy Escoffier donne les raisons du choix de la déesse égyptienne Serket  "Je voulais une figure féminine pour représenter le groupe. Son côté "combatif bienveillant" m'a plu."

 

A la question sur l’identité du groupe, la pianiste répond "Le groupe s'appelle "Serket & the Cicadas". Disons que "Cathy Escoffier 4tet", c'est le sous titre. Nous sommes 4 musiciens (Cicadas) au service de Serket."

La traduction proposée de: "4 cigales au service de la déesse !" convient à la compositrice.

 

Pourquoi: "au service de?"

La réponse semble être contenue dans le titre de l’album. "Incantation" est une véritable invitation par le chant s’adressant à une puissance supérieure. Le but d’une telle pratique semble être un acte surnaturel pour transgresser la réalité. 

La Serket égyptienne est représentée un serpent sur la tête, celle du Cathy Escoffier 4Tet: une cigale sur la tête, 

"C i c a d a s (Cigales, en anglais) sont les sont les seuls insectes capables de produire un son unique aussi puissant…"la puissance des incantations du 4tet est donc le son. L’obsédante ritournelle  au piano de Cathy Escoffie du premier morceau "Speak Low" captive l’attention de l’auditeur, puis l’ensemble du quartet rejoint la compositrice pour dérouler instrumentalement le morceau.

Si une incantation est une invitation par le chant, ce n’est que dans le deuxième morceau "Volupté" que Caroline Mayer commence les incantations. Sur un texte de sa plume, elle propose un voyage musical dans une très belle ambiance onirique instaurée par le timbre angélique de sa voix et des paroles en suédois "Som i en dröm - (Comme dans un rêve )- relatant le souvenir d’une idylle corporelle et sensuelle. 

 

 

Le but des incantations de l’album semble donc se préciser: la pratique serait pour transgresser la réalité.

 

L’écoute d’ Incantation permet à l’auditeur de changer sa réalité sensorielle et voyager oniriquement et musicalement, indispensable pour enclencher la résilience post-pandémique.

  

Si le vaccin contre la Covid 19 ne sera pas une obligation, il est de l’ordre de la santé publique que l’écoute du premier album du Serket and the Cicadas le soit.

 

Musiciens:
Cathy Escoffier: piano, clavier (2,5), chœur (5,6) et compositions toutes sauf (6) en co-composition avec Kurt Weill - Julien Heurtel: batterie - Guilhaume Renard: basse électrique et contrebasse – Andrew Sudhibhasilp: guitare.

Invités:

Tina Mweni: texte et vocal (5) - Caroline Mayer: texte et vocal (2) – Nicolas Rochette: texte et vocal (6). 

 

Distribution: Inouïe distribution / France / sortie le 06 novembre 2020.

Enregistré par Lionel Dandine au Studio B, (Fuveau, France) les 9,10 et 11 septembre 2019.

 

 

 

Jean-Constantin Colletto.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez acheter l'album sur le site web d'Inouïe Distribution.