17ème FESTIVAL de MARSEILLE JAZZ DES CINQ CONTINENTS.

 

Cette édition, endeuillée par la disparation de Bernard Souroque, fondateur et directeur artistique, a comme d’habitude proposé un fabuleux voyage musical, dans quatre lieux différents de la cité phocéenne : La Friche de la Belle de Mai, le théâtre Silvain en bord de mer, le splendide MUCEM à l’entrée du Vieux Port et enfin le lieu originel du festival, la pelouse du merveilleux Palais Longchamp.

 

 

 

Le public a pu découvrir des nouveaux talents, comme le coup de cœur du Conseil Régional des Bouches du Rhône : le groupe Minuit 10 et son brillant guitariste Sylvain Rouviere. 

Découverte aussi d'Ilhan Erashin’s Istanbul Sessions venu présenter un jazz très oriental.

La plus grande surprise a été Jacob Collier découvert grâce au Net depuis 2012, soutenu par les pères du jazz : Quincy Jones, Herbie Hancock, Pat Metheny. Un one-man-show, un homme orchestre qui saute d’un instrument à l’autre : basse, chant, clavier, contrebasse, percussions, batterie; pour enchaîner les reprises et les compo de son album In My Room distribué par Sony Music. Une très belle performance, est-ce là la musique de demain ? ou uniquement une particularité ? D’une façon ou d’une autre, on entendra à nouveau parler de cet ovni.

 

L'édition 2016 n'a pas oublié les piliers du jazz : Didier Lockwood, Antonio Faraò, Darryl Hall, André Ceccarelli, Jan Garbarek, Sarah Mckenzie, Kyle Eastwood, Hugh Coltman et Jean-Pierre Como avec Stefano Di Battista son compagnon de 1989 sur leur album Padre.

 

La trompette était cette année à l'honneur.

Un hommage au passé avec la soirée Autour de Chet, par un collectif de 15 artistes et la reprise inoubliable de «My Funny Valentine» par Sandra  Nkake et Stéphane Belmondo à la trompette.

Ibrahim Maalouf habitué du festival a présenté une trompette d'aujourd'hui à quatre pistons, résultat de jazz et de musique orientale. Le trompettiste franco/libanais a présenté son dernier album Red & Black Light et quelques morceaux de Kalthoum en hommage à son ami Bernard Souroque.

La trompette de demain est celle de Christian Scott, que l'on surnomme le nouveau Miles Davis, aussi bien original au niveau musical entre le hip-hop et le jazz, qu'au niveau de ses instruments bugle inversé et sirenette. Il a mis en avant l’ensemble de ses musiciens, surtout Elena Pinderhughes à la flûte et au chant en présentant son album Sretch Music sorti en 2015.

 

Trois soirées ont enflammé les festivaliers 2016.

Snarky Puppy, ce collectif  a géométrie variable qui peut compter jusqu’à 25 membres a été ovationné dans les jardins du Palais Longchamp.

Le show man, Jamie Cullum, accompagné de très bons musiciens a fait danser l'ensemble des spectateurs aussi bien qu’en 2009.

 

Une fin de festival moins Jazzy: Seal dit lui même dans le journal de la Provence « ….le jazz ce n’est pas mon truc. Je peux vous dire que je connais bien Diana Krall, mais c’est à peu près tout… ». Pourtant son album Soul Live sorti en 2009 groove plus que certains jazzmen. Une soirée magique pour clôturer le festival.

 

Rendez-vous pour l’édition 2017 du 18 ème FESTIVAL de MARSEILLE JAZZ DES  CINQ CONTINENTS, du 19 au 27 juillet 2017.

 

Jean-Constantin Colletto.